Generic placeholder image

Accueil > L’actu > Intervention de notre Présidente à propos de la réouverture du secteur le 18 (...)

Intervention de notre Présidente à propos de la réouverture du secteur le 18 mai

Ce mercredi 13 mai, le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni et a pris la décision, sur base du rapport des experts du GEES, d’enclencher la phase 2 de notre plan de déconfinement à partir du 18 mai prochain.

Au niveau de la vie économique, il a été décidé que, dans cette phase 2, les métiers de contact pourront rouvrir, sous certaines conditions comme la prise de rendez-vous, le port du masque ou d’une protection couvrant le nez et la bouche pour le client et le personnel et le respect des distances de sécurité entre les clients.

La présidente de notre fédération, Laurence Wuylens, a eu l’occasion de répondre aux questions concernant le déconfinement du secteur de l’esthétique au journal de la RTBF et était l’invitée spéciale sur le plateau de RTL Infos, en ce mercredi 13 mai, afin de commenter la réouverture des instituts de beauté et d’analyser la décision du Conseil national de sécurité. Retrouvez son intervention ici : https://www.rtl.be/info/video/745752.aspx

Laurence Wuylens a donc pu profiter de cette occasion pour exposer les différents résultats de l’enquête menée par notre fédération visant à évaluer le niveau de préparation des salons de beauté et d’esthétique, en vue de la réouverture annoncée du 18 mai prochain. Celle-ci, réalisée du 9 au 12 mai 2020, a recueilli 376 réponses dont en voici les résultats :

Un secteur prêt à rouvrir !

Oui le secteur est motivé et est prêt à rouvrir dès ce 18 mai puisque plus de 88% des instituts interrogés le déclarent clairement et l’attendent. 82% ont d’ailleurs déjà repris contact avec leurs clients pour les inviter à revenir rapidement. 7 instituts sur 10 remplissent déjà leur carnet de rendez-vous et pour plus de 65% d’entre eux, leurs réservations sont déjà remplies à plus de 50% ! Il s’agit d’un signal encourageant pour l’avenir. On constate néanmoins une attitude de prudence au niveau de la remise au travail de leur personnel car pour pouvoir servir au mieux leur clientèle tout en s’interrogeant sur un retour rapide de leurs clients, seulement 30% d’entre eux remettent tout leur personnel au travail à temps plein contre 25% à temps partiel et près d’1/4 préfèrent encore reporter la reprise du personnel à plus tard. Le secteur est donc réaliste et table sur une reprise permanente mais en douceur. Toutefois, la question du maintien du personnel dans l’activité reste pendante puisque pour plus de 50%, ils ne savent pas encore s’ils pourront maintenir tout leur effectif en l’état, dans l’avenir.

Les précautions à respecter seront respectées !

Le secteur des soins à la personne est particulièrement concerné même en temps normal par les règles d’hygiène, cela fait partie intégrante de leur activité puisqu’ils sont en contact physique avec leur clientèle tout au long de leurs prestations. Dès lors, plus de 80% se déclarent dès à présent, complètement prêts à respecter toutes les règles et mesures de précautions essentielles et plus de ¾ d’entre eux ont d’ailleurs tout le matériel nécessaire pour accueillir leur clientèle en toute confiance.

Bien informés de tout ?

Comme tous les autres secteurs économiques qui ont repris l’activité ces 2 dernières semaines, seulement 1/3 considère être complètement satisfait de la communication et des informations reçues et nécessaires pour la réouverture. 40 % considèrent avoir déjà reçu des informations mais pas suffisamment complètes à leur sens. Leur commission paritaire négocie d’ailleurs encore à l’heure actuelle. Gageons que cette semaine, toutes les informations nécessaires puissent leur être données afin de pouvoir se relancer dans les meilleures conditions.

Quelle perception de leur avenir professionnel ?

Les professionnels du secteur sont relativement confiants en leur avenir puisque 50% considèrent que cela sera, certes, difficile mais qu’ils s’en sortiront néanmoins . Un autre pourcentage préoccupant à garder à l’œil est celui de 16% qui déclarent avoir réellement peur pour leur avenir… C’est pourquoi l’UNEB rappelle l’absolue nécessité de payer rapidement les primes régionales dûes . En effet seulement 4 esthéticiens sur 10 déclarent aujourd’hui avoir reçu à la fois le droit passerelle et la prime régionale alors que l’ensemble du secteur a bien été dans l’obligation fédérale de fermer complètement dès les 1ers jours ! L’UNEB demande également qu’au-delà de la prime, des aides financières, prêts et autres outils financiers simples, rapides et compréhensibles par tous soient davantage développés pour répondre au besoin de trésorerie du secteur puisque 57 % souffrent particulièrement d’un manque de trésorerie. Puisse donc cette reprise être une véritable relance pour l’ensemble du secteur.